Piste cyclable photoluminescente Pessac

Crédit Photo : Alban Gilbert pour OLIKROM

Comment créer un marquage routier phosphorescent durable ? Zoom sur cette innovation

Plusieurs essais de peinture luminescente ont été tentés, notamment aux pays-Bas, mais sans succès jusqu’à ce jour.

Pour qu’un marquage routier soit durable, il doit résister aux UV, au trafic des poids lourds et à l’humidité, selon les propos de François Olard, directeur recherche et innovation du groupe EIFFAGE qui s’est associé à OLIKROM (startup spécialisée dans la conception de pigments intelligents sur mesure et la production de peintures) pour développer cette technologie brevetée et expérimentée sur la piste cyclable de Pessac.

Dans le cas précis, la voie traverse un sous-bois sur un tronçon de 2 Km qui mène au campus universitaire de Pessac. Sans risquer de rencontrer des poids lourds en chemin, les étudiants à vélo, circulent sur une voie extrêmement sombre l’hiver.

Le procédé innovant, en tant que tel, repose sur le savant dosage d’une peinture composée de pigments intelligents intégrés à une peinture routière. La piste cyclable devient alors photoluminescente, parce que la bande centrale de la voie emmagasine la lumière naturelle le jour et la restitue la nuit, sur une durée d’environ 10h, quelles que soient les conditions météorologiques.

 

4 avantages à développer un marquage phosphorescent routier durable

  • renforcer la sécurité routière et la sécurité des cyclistes
  • permettre à l’usager d’anticiper ses actions
  • économiser l’éclairage public
  • diminuer la pollution lumineuse

 

En savoir plus sur :

Le procédé de peinture photoluminescente

Un autre procédé de route lumineuse

 

 

Mots clés

Recevez mensuellement les derniers contenus publiés sur le blog de l'infra